17 mars 2006

La marche de l'empereur (wé j'arrivais pas à courir...)

hugsyCette semaine, on avait tous rendez-vous à Méons. Tous sauf quelques-uns en fait. Brice de Nice attend toujours désespérément sa vague du côté de Nice. Faudrait peut-être qu’on lui explique qu’il attend pour rien. Fabien quant à lui, bin il est pas venu. Un peu comme d’hab’ en fait. Lui tu le vois pour les matchs amicaux qui servent strictement à rien, mais dès qu’il y a de l’enjeu, y’a plus personne. Tu parles d’un dis. Le Grand Ju’ ne vient plus non plus, comme c’est étrange… Flo’ ne pouvait pas, il devait vider la corbeille de son ordinateur. Et enfin, papy Berti s’est accordé quelques jours dans une maison de convalescence histoire de se calmer un peu et de se remettre les idées en place.

On était donc tous là à quelque chose près. On était 8. Huit ça semble suffisant pour jouer, faire quelques remplacements et tout. Mais pas du tout ! Imagines y’en a un qui se blesse et paf, les remplacements c’est fini ! Si t’en peux plus, t’en peux plus mais tu restes quand même sur le terrain. Y’a pas de pitié !

Heureusement, nous jusqu’à présent on était assez passé au travers des blessures. Sauf Do’ OK, mais lui aussi il se blesse tout seul en mettant son pied dans un trou. Quelle idée aussi…

Enfin bref, on s’est tous retrouvé à Méons avec plus ou moins quelques minutes de décalage. Du coup, les premiers arrivés se les sont un peu plus pelées à l’échauffement. Eh wé car attention, cette fois-ci le thermomètre annonçait –18° (j’exagère à peine). Un froid que même pas t’imagines. Si tu courais pas tu congelais sur place. Moi je me suis congelé putain, c’est horrible comme expérience ! Bennes avait même sorti le bonnet tellement il faisait froid. Et Bennes avec un bonnet, attention mesdames c’est la grande classe. On aurait dit…Jacques-Yves Coustaud ! Un petit bonnet rouge, tu vois que ça. En plus, je veux pas dire mais Bennes aurait plutôt dû tout faire pour qu’on le remarque pas. C’est pas pour être méchant mais Bennes, je sais pas à quoi il joue. Il a les cheveux plus ou moins longs, une ch’tite barbe de 3 jours et il lave même plus ses vêtements le gars. En plus, cette fois on jouait sur un beau terrain synthétique, la fausse herbe comme dit ptit Ju’, donc si t’es crado ça se voit. Franchement, Bennes la prochaine fois fait un effort stp.

Sinon, nos adversaires c’était les 2 cageots. Je l’avais vu sur le site de la FSGT. Putain t’as vu comme je te l’introduis le site là, je suis trop fort dis. Les 2 cageots, je m’attendais à une équipe mixte, avec des filles, enfin des cageots plutôt. Mais que nenni, que des poilus en face de nous. Les gars ils étaient sponsorisés par TF1, t’imagines la classe qu’ils avaient. Non je déconne, leurs maillots étaient vraiment pas terribles.

Bon le match il a commencé et comme la semaine dernière, la première mi-temps fut loin d’être terrible. Je sais pas trop pourquoi, on fait toujours ce petit round d’observation à présent. En plus, si t’y regardes bien ça sert à rien. Enfin bon, comme la semaine dernière, le fait marquant de cette première période fut l’arrivée du vice-président. Il est fou le gars. Il fait –18° et il vient nous voir jouer nous ! Un taré, LE taré même. En tout cas, la prochaine fois, il vient et il joue, rien à foutre.

A la fin de cette première période, on a tous voulu remplacer Bertrand et pousser notre petit coup de gueule. Du coup, personne a compris quoi que ce soit et on est reparti comme… bin comme des cons en fait, sur le terrain. Le seul truc que j’ai retenu c’est Pierrot qui l’a dit. « Ils sont pas super bons les autres, ils sont prenables les gars ! ». Voilà, c’est le seul truc que j’ai retenu. Et en effet, ils étaient pas super bons les autres. Ils étaient bons simplement, ce qui je dois l’avouer me suffisait amplement.

Sérieusement, les adversaires ils jouaient pas trop mal, loin de là. Le ballon tournait assez bien et leur attaquant il était de tous les côtés le gars. Moi de mon côté j’ai voulu faire pareil mais j’ai vite compris que je tiendrais pas 2 minutes à courir comme un con dans le vent.

Du coup, vu qu’il jouait pas trop mal ça a fait but. 0-1, mobilisation générale. Le match est devenu un peu plus engagé. Oliv’ s’est un peu échauffé un gars. Moi ça m’a fait sourire. Mais faut dire que le mec en face était un peu con. Je suis sûr que ça serait un moineau il aurait un gros cerveau, mais vu que s’en est pas un, bin voilà. Le mec il fait faute, on dit faute, il continue de jouer tout seul, on lui re-dit faute et il s’arrête en disant qu’on devrait le dire plus tôt. Si c’est pas être con ça… Après ça, il balance « méchamment » le ballon sur Oliv’. « Non mais oh » qu’il a répondu Oliv’. Après ça y’a un mec qui a demandé à Bennes « eh ton coiffeur il est mort ou quoi ? ». Franchement y’a des choses à pas demander. Ca l’a vexé un peu. Bennes il se coupe plus les cheveux depuis qu’il fait froid. Il les bourre bien tous sous son bonnet rouge et hop le tour est joué. Le problème c’est que pour le match, le bonnet ça le gène soi-disant.

En tout cas, les mecs en face ils se croyaient à la Coupe du Monde je crois bien. Le pire je crois c’est quand y’avait corner pour eux. Moi quand y’a corner pour l’adversaire, je reste en attaque au cas où on récupère et on dégage vite la balle. Sur un malentendu, ou plutôt une boulette du gardien dans ce cas-là, je pourrais marquer. Et bin là, tu me crois tu me crois pas mais leur défenseur il me tirait le maillot pour pas que je le prenne de vitesse sur contre-attaque. Et pourtant le corner il était pas tiré, j’ai pas compris… mais ça m’a flatté. Le mec il me craignait, tu te rends compte c’est énorme !

Oliv’ il est super fort quand même dans son style. Le mec il a des gros brutos en face de lui et il trouve quand même le moyen de se faire mal tout seul. Mais attention, là où on voit que y’a une grande cohésion dans l’équipe c’est que ptit Ju’ et moi on savait même pas qu’il s’était blessé. Faut le faire quand même. « Il a un œuf à la cheville » qu’il a dit Cédric. Ca doit faire mal ça…enfin je dis ça mais j’en sais rien, je me blesse jamais, je suis incassable.

En tout cas, cette blessure elle nous arrangeait pas trop car du coup, les remplacements c’était fini. Sur le coup, je me suis dit que tant pis ça allait aller quand même. Mais pas du tout, j’arrivais pas à courir. J’avais l’impression d’avoir des poids de 10 kilos au pied, c’était un truc de fou. Non mais t’imagines, c’est comme si toi t’avais la moitié de ton poids accrocher aux pieds. Tu peux plus bouger avec ça… Enfin bon, moi j’avais rien mais j’arrivais pas à bouger. Du coup, bin j’ai pas bougé et je me suis congelé, ou plutôt con-gelé car Bennes il faisait que me dire « arrête de faire le con et cours un peu tu vas gelé sinon… ».

En tout cas, on perdait toujours 1-0 à ce moment-là. Jusqu’à ce que Do’ il prenne un coup de speed. Comme toujours, il a fait dans la simplicité le gars. Il mystifie un défenseur avec un crochet extérieur, un autre grand pont, feinte d’accélération, deux trois jongles pour rester chaud puis coup du sombrero et frappe croisée liftée qui a un effet en forme de S pour aller se loger dans mes pieds (wé je sais pas trop ce que je foutais là d’ailleurs, derrière la ligne des buts dans les cages adverses, va expliquer ça toi… Je me souviens vraiment pas. J’ai un trou noir là. Un trou noir, c’est troublant). En tout cas, Do’ faut toujours qu’il se fasse remarquer celui-là.

Un but partout du coup, balle au centre. Et puis la mi-temps arriva. Moi j’en pouvais plus, mais alors plus du tout. J’ai mis cinq minutes à traverser le terrain pour retrouver mes coéquipiers sur la touche, juste le temps en fait qu’ils me disent « allez on y retourne et on donne tout les gars ! ». Même pas le temps de boire, de me reposer, de faire un ptit somme. Rien. Je suis reparti direct sur le front, encore plus fatigué qu’avant.

Je jouais avec ptit Ju’ devant. Ptit Ju’ il se crée sans déconner 4 énormes occasions…et il en rate 4. J’étais franc fou moi car plusieurs fois il aurait pu me la passer et moi perso, vu ma position, y’avait de grandes chances que je le mette le but. Eh non, ptit Ju’, il a pas pris de risques il a foncé tout seul sur le gardien adverse. C’était ballot dis donc… Mais je lui en veux pas car j’ai l’habitude. Bennes il a fait pareil aussi un coup. Et puis j’ai pas vraiment le droit de leur en vouloir car un coup, Pierrot me passe le ballon à contre-cœur et moi aussi j’ai tiré sur le gardien donc je l’ai pas trop ramener.

En tout cas, cette troisième mi-temps a été beaucoup plus animé. Les deux équipes ont joué leur va-tout. Bennes il a joué beaucoup plus haut sur le terrain. « Mais tu fais quoi Bennes ? » que je lui ai dis. « Je tente le coup, on abat notre dernière carte là, on sait jamais ». Sa petite phrase m’a fait penser que jouer aux cartes, c’est comme en amour, quand t’as pas le bon partenaire il te faut une bonne main. J’ai philosophé là-dessus, m’arrêtant un temps de jouer au passage.

Bennes avec sa position haute sur le terrain, il a dribblé le goal adverse le gars. J’étais sur le cul. Wé j’en pouvais plus, je me suis assis sur le terrain au bout d’un moment. Putain con, on menait 2-1 du coup, un truc de fou.

Et alors là, ça a été Fort Alamo. On a défendu nos cages comme on pouvait. Tony nous a sorti des parades de folie. Il nous fait un arrêt le gars un coup, je voyais tellement la balle rentrée que j’étais déjà revenu au milieu du terrain comme si on allait devoir engager. Ptit Ju’ aussi il s’est sacrifiée pour l’équipe. Il a joué défenseur à la fin et il nous sauve ni plus ni moins que deux ballons sur la ligne. Je peux te dire qu’on tremblait nous. Moi je tremblais pas pour le score mais parce que j’ai cru que j’allais m’évanouir tellement j’en pouvais plus, c’est différent.

Enfin bref, on a sauvegardé ce petit but d’avance jusqu’à la fin et on a gagné. J’aurais jamais cru qu’on les battrait ceux-là dis donc. En plus, il nous manquait notre maestro qui est en cure de repos en ce moment. Mais faut avouer que eux aussi il leur manquait des bons joueurs soi-disant. Enfin ils ont dit ça sans doute parce qu’ils avaient honte. Les mecs ils sont sponsorisés par TF1 et ils sont même pas capables de battre une équipe de tennisman. Poah la honte ! Avec ptit Ju’, on leur a fait des nananananère en rentrant aux vestiaires, tout en restant bien à l’abri derrière Tony et Dave. Les mecs en face ils étaient pas contents en tout cas. Ils ont dit qu’on méritait pas notre victoire et qu’ils allaient porter réclamation et que ça allait pas se passer comme ça. Franchement, ils exagèrent quand même. T’imagines si nous on devait porté réclamation à chaque défaite. On en verrait plus la fin…

Posté par asdf42 à 14:39:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur La marche de l'empereur (wé j'arrivais pas à courir...)

Nouveau commentaire