15 février 2006

En janvier, si t'as pas de mouffles, t'es un fou

Lundi c’était jour de reprise. Le grand jour quoi. La sdf qui reprend le chemin des terrains, ça arrive pas tous les jours. Et pourtant, Bennes a cru que si, faut croire. La semaine dernière déjà il nous avait fait croire que c’était le grand jour. Il est con ce Bennes des fois. L’adversaire s’appelait « exempt ». En même temps, ça aurait été original comme nom d’équipe ça : exempt…

Enfin, pour en revenir à lundi, moi j’avais trop hâte. Déjà au boulot je faisais qu’y penser. Cette dernière phrase te choque ? Et bin si si je travaille moi aussi. A mon rythme ok, mais je travaille. Et je pense aussi, parfois. Enfin bref, pas moyen de se concentrer et le soir en rentrant chez moi pour me changer, bin je me suis même pas rendu compte que la jauge de l’essence était allumée depuis un bon moment déjà. Du coup, je me suis retrouvé comme un con au bord de la route à attendre qu’on m’apporte quelques gouttes d’essence pour continuer mon chemin.

Je suis donc arrivé en retard…et personne l’a remarqué, un truc de fou. Les collègues avaient déjà commencé la séance de frappes (enfin de chandelles plutôt) hebdomadaires. Je m’y suis alors mis à mon tour (aux chandelles hein, pas aux frappes).

Pour ce qui est du match, je me suis renseigné vite fait pour savoir si on était avec les nuls ou avec les bons, comme je l’avais expliqué précédemment. Et bin on m’a dit que c’était mélangé. Que tout compte fait la FSGT aurait décidé de pas faire de poules de niveau et tout. Mais à mon avis, on m’a dit ça pour me préserver et pour pas que je sois trop déçu d’évoluer dans la poule des nuls. Mais faut pas me prendre pour un lapin de deux semaines moi, attention. J’ai bien vu le stratagème…

En face de nous, on a joué contre une équipe. Trop des copieurs les gars, ils avaient fait exprès de prendre le même maillot que nous les cons. Du coup, on a dû jouer avec nos chasubles de la DDE. Moi j’avais encore jamais joué avec des trucs de la DDE, mais j’ai vite compris les effets. Je me suis senti tout ramolli, limite flappi. Et j’ai regardé les gaziers joués, sans même esquisser un geste pour essayer de les aider.

Enfin ça c’était au début, après un adversaire est venu se coller à moi, pour le pressing soi-disant. Du coup, j’ai bien été obligé de bouger mon cul un peu pour qu’il me lâche le mec. Et sans te mentir, j’allume la première mèche. Je loupe un peu ma frappe, qui par chance se transforme en lob, puis tout compte fait pas de bol, en lob raté. Une frappe de merde en quelque sorte. Mais quand même, je leur ai mis la pression aux autres.

Et puis sans te mentir, ma frappe ok c’était de la merde. Mais je veux pas dire mais le match tout court c’était de la merde. Même le terrain c’était de la merde, c’est pour dire. La partie nord du terrain, c’était de la gadoue. Et de la vraie gadoue, pas le truc de pd. La gadoue avec la terre qui colle, les flaques bien dégueus où ptit Ju’ aurait jamais osé mettre le pied dedans de peur de se salir. Tu vois le truc j’imagine. Heureusement qu’il était pas là du coup. Il a simulé des courbatures du ski. Mais ptit Ju’ au ski, laisses moi rire. J’imagine le truc…

Enfin, c’était pas le seul à partir en week-end ce week-end. Je sais bien que ça se fait pas de parler de la vie privée des gens mais bon, vous êtes pas forcé de lire non plus ce qui va suivre. Le week-end dernier, y’a nos deux supp’, Bennes et Dave, ils sont parti au ski. Quand je dis « supp’ » au fait, j’entends par là suportrices hein !, pas superman ou supercopter ou suppositoires… Quand tu dois les voir débarquer ces loustiques, tu dois croire voir un remake des bronzés font du ski (en moins bien quand même). Tu me crois pas ? Mais si t’y regardes bien, Bennes : ce serait Jérôme, le gars qui croit être trop bon au ski mais en fait non ; Dave : des faux airs de Bernard, je le verrais bien pisser sur la caisse d’un autre gars, etc. Après je continue pas car les filles on s’en fout elles sont pas dans la sdf… Enfin Emilie en Nathalie dans le genre y’a toujours un truc qui va pas avec ses skis… mais cela ne nous regarde pô. D’ailleurs, pour continuer sur les bronzés, imagines il croise là-bas ptit Ju’ qui pourrait être Popeye le beau gosse, moi en Dus… et ma sœur en Christiane l’esthéticienne. mdr…et c’est pas une raison pour imaginer Roland en Marius hein les amis !

Après ce petit séjour au ski, y’a pas que ptit Ju’ qui est revenu tout flagada. Dave s’est plaint aussi et est pas venu du coup. Tu rajoutes à cela un papy Berti  qui vieillit et ne peut plus tenir sa place (il  vient de fêter ses 30ans le gazier !!!), Fabien absent aussi et Ju’ le grand qui est indisposé… C’est qu’on est moins nombreux en 2006 dis donc… Mais peut-être qu’on va recruter un nouveau joueur. Enfin, recruter c‘est pas le bon terme car je parle quand même de notre vice-président qui après avoir sauvé plusieurs fois la vie de son cheval, va enfin bientôt fouler les terrains avec nous. C’est top non ?

Bon sinon, le match, de la merde donc. Mais y’a pire encore. On se prend un but je sais même plus comment. Sur corner je crois, un dégagement manqué, la balle arrive dans les pieds d’un des autres et paf le chien, euh non le but. 1-0, on siffle la mi-temps là-dessus et très franchement, on n’était pas top top au niveau confiance car on jouait pas terrible. Do’ avait tenté des reprises que y’a que dans PES qu’il arrive à les mettre, Bennes a frappé un coup franc et a failli niquer un projecteur. On lui a mis une bonne gueulante dans les oreilles d’ailleurs à cause de ça. Non mais t’imagines il le pète, je suis sûr que ça aurait été pour notre pomme le truc. D’ailleurs ça l’a calmé ce qu’on lui a dit car après il a un deuxième coup franc et il tente le truc enroulé. Et je veux pas dire mais c’était magnifique. Trop beau le machin. T’aurais dit Sablé qui le tire. Bin ouais, il est trop bien tiré mais ça fait pas but. La balle rebondit sur la barre et s’envole. C’était ballot…

On perdait donc 1-0 au début de la seconde période. Mais je sais pas ce qu’on a bu à la pause, mais après on était devenu comme qui dirait super fort. Peut-être que y’avait des produits dopants dans nos bouteilles, apparemment c’est bien la mode dans le foot… En tout cas, après le match avait plus rien à voir. On les a enrhumé. En même temps, je veux pas dire mais avec le froid qui faisait, on s’enrhume super facilement c’est pas cool.

Un coup, y’a Bennes qui déborde sur le côté. Moi je suis tout seul au centre. Je l’appelle une fois, deux fois, quinze fois. Il fait mine de pas m’avoir vu. Et pourtant avec ma tenue phosphorescente, on voyait que moi. Tu m’aurais vu dit, tu te serais cru sur un porte-avion je crois bien. Je brillais comme pas deux avec des trucs fluos sur le bide et je faisais des grands gestes comme pour faire atterrir un mirage. Mais dans l’histoire, ça a été moi le mirage je crois bien. Bennes m’a enfin vu mais il y a pas cru et a préféré tenter sa chance dans un angle impossible alors qu’il a un défenseur sur le dos et le gardien qui lui bondit dans les pieds. Comment tu veux marqué dans cette situation franchement ? Moi j’en sais rien…mais tu peux toujours lui demander car il l’a fait le con ! 1-1, et c’était mérité, non mais !

Ce but il nous a remis en confiance je crois bien. On a même essayé une nouvelle technique, et trop elle marche bien. Vu que le terrain était tout petit (ça devait être un terrain de benjamin… ou de donatien car c’était vraiment petit quand même), y’a Tony il balançait des grands ballons devant pour dégager. Sur l’un d’eux, Pierre tente de me la dévier de la tête, il loupe le ballon et heureusement d’ailleurs, car il arrive nickel dans mes pieds. C’est là que sans réfléchir, je tente la reprise instantanée comme au baby, et comme au baby… ça a fait but !!! Non mais un truc de malade que même ! Mon premier match de l’année et déjà, mon premier but ! Ca augure que du bon je crois bien… Va falloir compter sur moi je crois bien.

Putain con, on menait 2-1. J’en étais tout émoustillé. Et on avait beau mener au score, on a continué à attaquer, encore et encore et encore. Et un coup, y’a Flo’, qui je le rappelle pour ceux qui auraient pas suivi joue arrière, qui monte. Sans comprendre trop bien ce qui se passe, je me retrouve avec le ballon dans les pieds à 6 mètres des buts…et comme souvent dans ces cas-là, je loupe mon contrôle. Mais là, j’ai fait le lache-rien. Un petit pressing qui a payé. Je tends la jambe entre celles du défenseur adverse, je pousse un peu la balle, qui arrive tranquillement dans les pieds de Flo’, et But ! C’est fou comme c’est simple le foot parfois.

On menait tranquille 3-1. J’étais pas peu fier de ma prestation. J’avais l’impression de jouer comme une bille et je marque un but et fais une passe décisive. Que demande le peuple ? Vaut mieux quand même un gars comme moi, qui vaut 3 copecks et qui marque et fait marquer ; plutôt qu’un Piquionne qui se défonce comme un taré et qui en plante pas un.

On s’approchait pépère de la fin de la mi-temps quand l’attaquant d’en face et Do’ ont improvisé une partie de saute-mouton en pleine surface. Ils se sont montés dessus l’un après l’autre. Voyant ça, Tony a voulu participer. Il s’est précipité sur eux en criant « à moi ! à moi ! ». Manque de bol, au même moment le ballon est arrivé et leur attaquant, en grand roublard, en a profité pour glisser le ballon dans les buts. Oh merde…

Enfin bon, 3-2 pour nous avant d’entamer la dernière période, c’est pas alarmant non plus. Enfin ça le serait pas pour une équipe normale. Mais nous, on n’est pas normal !!! On a tout de suite compris le danger. L’égalisation - voire pire - dans les dernières secondes, ça nous connaît…

Pour la troisième mi-temps, on a donc défendu porcs et ânes. Des grands ballons pour les attaquants, c’est-à-dire Brice de Nice et moi. C’était chaud chaud derrière. Une sorte de Fort Alamo, en plein Sainté. En même temps, en tuniques bleues on serait pas mal je pense avec les copains…

En tout cas, les rares balles de contre, fallait pas en faire de la merde si tu vois ce que je veux dire. Sur l’une d’elles, je suis bien lancé en profondeur mais la balle arrive en l’air et sur mon mauvais pied, enfin sur mon pied gauche je préfère préciser. Leur gardien sort. Et là, j’ai un dolmen, soit je tente ma chance avec le risque très élevé de casser un lampadaire en dévissant ma frappe ; soit je passe la balle à Bennes qui aura, du moins le croit-on, juste à pousser la balle au fond.  Je prends pas de risques inutiles, surtout à ce moment du match (il restait pas plus de 2 minutes à jouer), et je centre pour Bennes. Et franchement, mon centre : trop bien. Il arrive pile poil là où je voulais. Malheureusement, un défenseur enlève en catastrophe le ballon devant Bennes. J’étais défait. J’aurais mieux fait de tenter le coup, avec beaucoup de chance ça rentre et la victoire est assurée…

Du coup, sur ce coup, on marque pas. Le chronographe, le gars qui a le chrono, crie alors « Plus qu’une minute ». Ca nous a mis la pression à nous cette connerie et à l’insu de notre plein gré, on se prend ce but. On le sentait venir. On le sentait peut-être pas autant que lorsqu’on sent les chaussettes de Bennes à la fin des matchs, mais on le sentait, ça nous pendait au nez. Et bin on n’a pas su l’éviter, l’esquiver, le repousser…

Au final, ça fait 3 partout, comme l’émission sur la 3. C’est pas top top mais c’est pas mal quand même cette émission, comme notre match en fait. Ca faisait bien plaisir de retaper dans un ballon et de revoir toutes ces vieilles guenilles. On a pas été mauvais les gars, et dès lundi on reprend le goût de la victoire, c’est promis !

PS : désolé de certains jeux de mots tout pourris mais je me marre tout seul… Ca doit être la neige qui m’excite et me fait dire n’importe quoi Désolé…

Posté par asdf42 à 21:21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur En janvier, si t'as pas de mouffles, t'es un fou

Nouveau commentaire